Premières synthèses des résultats de l'enquête par profil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Premières synthèses des résultats de l'enquête par profil

Message par brother jones le Mar 15 Mai - 17:38

Voici un premier jet pour la synthèse du profil parents d'élèves, celui-ci est bien sûr sujet à amendements:

Première synthèse: parents d'élèves

29 personnes ont répondu aux questions de ce parcours, ce qui est assez peu mais permet toutefois de dégager quelques idées principales.
L'aspect le plus frappant des réponses données dans ce parcours réside dans la méconnaissance des réformes récentes par les parents d'élèves. Ceux-ci, dans leur grande majorité ne savent pas en quoi consistent des réformes telles que ECLAIR, la RGPP ou la réforme de la voie technologique, autant de réformes qui affectent cependant l'éducation de leurs enfants sur le terrain. Si une majorité de parents qui se sentent suffisamment concernés par l'éducation pour répondre à une enquête sur leur temps libre ne sont pas au courant de ces réformes, on peut penser sans prendre trop de risques que c'est le cas pour une écrasante majorité des parents d'élèves dans leur ensemble. Ceci pose le problème de la communication entre parents d'élèves et institution scolaire. Il serait logique que les parents soient informés clairement et largement des évolutions de l'école à laquelle ils confient leurs enfants mais il semble que ce ne soit pas le cas. Ces mêmes parents d'élèves regrettent par ailleurs de ne pas être plus valorisés par l'éducation nationale à une écrasante majorité (89%).
Les réformes plus largement médiatisées, telles que l'évaluation des enseignants par le chef d'établissement et le remplacement des fonctionnaires à raison d'un sur deux, sont elles largement rejetées par les parents ayant répondu à l'enquête.
Les parents d'élèves ayant répondu à l'enquête semblent par ailleurs soucieux du processus de précarisation de l'école enclenché ces dernières années. Ils ont une majorité à penser que les heures supplémentaires nuisent à la qualité de l'enseignement (69%) et jugent l'augmentation du recours aux personnels précaires préoccupante (83%). Ils estiment par exemple que des moyens supplémentaires sont nécessaires pour les élèves souffrant de difficultés spécifiques (97%), que les enseignants ne sont pas suffisamment formés pour s'occuper d'élèves handicapés (71%) et qu'il est donc nécessaire d'accorder un réel statut aux EVS-AVS (93%) afin que l'insertion de ces élèves (insertion jugée positive sur le principe par une majorité de parents) s'effectue dans de meilleures conditions. Les parents d'élèves jugent très sévèrement l'aide apportée aux élèves en difficulté: ils sont 93% à estimer que les mesures prises pour aider ces élèves sont peu ou pas du tout adaptées. Il est vrai qu'il s'agit là d'une préoccupation relativement récente dans un système scolaire traditionnellement élitiste et pratiquant le tri des élèves au fur et à mesure de leur scolarité...
On peut remarquer également que la fin de la carte scolaire représente pour les parents un vecteur de renforcement des inégalités. En conclusion ils sont une forte majorité (72%) à se déclarer soucieux pour l'avenir de l'école en France, 59% allant même jusqu'à se dire révoltés par l'état actuel de l'éducation nationale.

Matthieu pour l'APEN

brother jones
Admin

Messages : 38
Date d'inscription : 02/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Premières synthèses des résultats de l'enquête par profil

Message par Elise le Mar 15 Mai - 19:53

Voici la synthèse contractuels-vacataires. Je sais, elle ne fait pas 15 lignes. Je peux essayer de la réduire si nécessaire. J'ai laissé de côté un certain nombre de questions qui ne me semblaient pas pertinentes pour les seuls contractuels/vacataires et pour lesquelles il faudrait, il me semble des chiffres globaux (Q° sur recours aux personnels précaires, Q° sur précarisation pédagogique...).

238 contractuels ou vacataires ont répondu à l’enquête de l’APEN sur la précarisation dans l’Éducation nationale. Pour dresser un profil qui ne prétend pas à l’exhaustivité, il faut relever que 60% des répondants sont contractuels depuis plus de 6 ans et, pour 34% d’entre eux, depuis plus de 10 ans. Le statut précaire de contractuel est, semble-t-il, durable et non pas une phase transitoire vers l’obtention d’un concours d’enseignement. Concernant le niveau de qualification, il est à noter que 10% ont un niveau de diplôme équivalent au doctorat et une majorité d’entre eux n’est pas syndiquée (68%).

Le temps de trajet vers l’établissement, l’emploi du temps, l’affectation sur différents établissements (81%), le manque de formation (76%) mais aussi les pressions de la hiérarchie (75%) ainsi que le manque de soutien de sa part (79%) sont des facteurs importants de précarisation dans leur pratique quotidienne. On peut donc aboutir à la conclusion que pour ces personnels précaires, dont le renouvellement de contrat dépend en grande partie de leur hiérarchie directe, les conditions de travail sont rendues plus pénibles par les relations de pouvoir qui les lient à leur chef d’établissement. La question du manque de formation apparaît également cruciale ; question à mettre en lien avec celle de la formation des stagiaires et des néo-titulaires.

La méconnaissance par les contractuels des nouvelles « réformes » dans l’Éducation nationale est également frappante. 54% n’ont pas connaissance du Livret personnel de compétences, ce chiffre peut s’expliquer par l’importance du nombre de contractuels enseignant en lycée. Ce chiffre sera donc à mettre en lien avec ceux du parcours « titulaires dans le secondaire » afin de poser la question de l’utilité d’un tel outil qui, selon les textes, doit permettre de mettre en place l’accompagnement personnalisé en seconde. Par ailleurs, 49% ne connaissent pas le dispositif ECLAIR.

Concernant les personnels contractuels et vacataires, le sentiment d’un manque de considération et de reconnaissance comme acteurs à part entière de l’Éducation est frappant puisqu’il concerne 95% d’entre eux. Ce sentiment s’explique par une rémunération jugée trop faible (83%), leur statut précaire (97%), le manque de perspective professionnelle (73%) mais aussi en raison de l’attitude de l’administration (50%) ou des collègues (39%). Ce manque de considération apparaît largement dans les questions ouvertes dans lesquelles les collègues font part de la difficulté de trouver sa place au sein d’un établissement où leurs compétences sont parfois mises en cause, où ils sont considérés comme des variables d’ajustement et où, par conséquent, il est difficile pour eux de s’opposer à toute décision les concernant.

Enfin, il est à noter que 89% des contractuels et vacataires estiment être mal informés de leurs droits. Droits qu’ils ont parfois des difficultés à faire respecter notamment les indemnités qui leur sont dues (CCF, heures supplémentaires, frais de déplacements…).


Dernière édition par Elise le Jeu 17 Mai - 19:44, édité 1 fois

Elise

Messages : 86
Date d'inscription : 13/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Premières synthèses des résultats de l'enquête par profil

Message par brother jones le Mer 16 Mai - 11:20

Synthèse « autres parcours »:

41 personnes ont répondu aux questions de ce parcours qui regroupe divers emplois au sein des établissements (CPE, documentaliste, CoPsy, ATOSS...). Certains nous ont reproché de mélanger des statuts n'ayant rien à voir ou de ne pas leur proposer des questions plus pertinentes par rapport à leur situation. Nous sommes tout à fait conscients des limites de ce parcours mais il nous était difficile de créer des parcours supplémentaires et de traiter l'information efficacement.
Le premier enseignement à tirer des réponses de cet échantillon restreint est que les répondants ont le sentiment que les conditions de travail au sein de l'éducation nationale se dégradent, en effet la plupart d'entre eux estiment que les services sur plusieurs établissements (88%), les mesures de carte scolaire (70%) ou l'obligation d'enseigner une discipline autre que celle pour laquelle on a été recruté (75%) tendent à se banaliser. Ils soulignent également le manque de moyens pour aider les élèves ayant des difficultés spécifiques (89%), le manque de place en sections spécialisées (91%) ainsi que les mauvaises conditions d'accueil des élèves handicapés.
Les personnels ayant répondu aux questions de ce parcours dénoncent également la généralisation des heures supplémentaires qui selon eux empêchent la création de nouveaux postes (76%) et nuisent à la qualité de l'enseignement dispensé (57%). Ils soulignent également l'augmentation du recours aux précaires (100%) qu'ils jugent massif (59%), préoccupant (62%) et inacceptable (70%) tout en réclamant que ces personnels précaires soient mieux traités par l'éducation nationale. Ils s'élèvent également contre le remplacement des fonctionnaires partant à la retraite à raison d'un pour deux (95%) et l'évaluation des personnels par le seul chef d'établissement (97%).
Il ressort des réponses à l'enquête que ces personnels ne se sentent pas valorisés en tant qu'acteurs de l'éducation nationale (87%) et surtout que la souffrance au travail est une réalité au sein de l'institution. 92% des gens ayant suivi ce parcours ont dans leur entourage des personnes en situation de souffrance au travail et 59% disent s'être eux-même trouvés dans cette situation à un moment de leur carrière. 90% des sondés pensent également que ce problème est de plus en plus préoccupant dans l'éducation nationale. Au vu de ces résultats, il est urgent que l'institution réagisse au mal-être de ses personnels et mette la souffrance au travail au premier plan de ses préoccupations!
Pour finir, ces personnes sont révoltées et soucieuses par rapport à l'évolution de l'éducation nationale. Elles craignent un accroissement des inégalités, notamment en raison de la fin de la carte scolaire (même si il est intéressant de noter qu'une bonne partie des répondants ne scolariseraient pas forcément leurs enfants dans un quartier défavorisé). Le tableau dépeint par les réponses aux questions de ce parcours est donc assez sombre et souligne l'inquiétude de nombreux personnels face à l'évolution de l'éducation nationale.

Matthieu pour l'APEN

brother jones
Admin

Messages : 38
Date d'inscription : 02/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Premières synthèses des résultats de l'enquête par profil

Message par Ponpon le Jeu 17 Mai - 15:53

Les parcours assistants d'éducation et auxiliaire de vie scolaire/ emplois vie scolaire

Parmi les personnels précaires les assistants d'éducation et les avs-evs se distinguent par la fragilité de leurs situations.
Le premier élément qui surprend est le maintien dans la durée de ces situation, ainsi 70% des précaires qui ont répondu, sont dans cette situation depuis au moins 3 ans.

Par conséquent, ces emplois, qui devaient être de courte durée, sont recherchés et promus par l'Etat1 lui-même, comme une solution dans la « bataille de l'emploi ».


Les avs-evs, les aed sont largement dans les écoles, cette répartition est inégale cependant les personnels se plaignent surtout de n'être pas assez nombreux.

Les précaires sont sur-diplomés. En effet, si 50% des assistants de vie scolaire et des emplois vie scolaire ont la qualification exigée à l'embauche2 les répondants sont aussi 50% à justifier d'une qualification supérieure. Les chiffres sont encore plus déséquilibrés en ce qui concerne les assistants d'éducation3. Parmi les répondants les aed sont 20% à justifier d'un baccalauréat contre 70% à avoir atteint un niveau d'étude superieur.

La question de la formation initiale ou continue est une préoccupation des personnels. En ce qui concerne les evs-avs il n'y a pas de formation pour 64% de ceux qui ont répondu, les autres regrettent une formation trop théorique.
Les Aed regrettent de ne pouvoir faire valoir leur droit à la formation prévue dans les statuts.
La plupart des personnels précaires n'ont pas de connaissance précise de leurs droits. Ce qui rend encore plus compliqué la demande, notamment de formation.

La valorisation des personnels précaires est insuffisant dans les eple, pour les précaires (avs-evs) eux-mêmes ce manque de considération est du à leur statut (100% des répondants), viennent ensuite le manque de perspectives professionnelles, la rémunération et le manque de reconnaissance des qualifications.
Pour les aed le manque de reconnaissance est lié à leur statut précaire (88%), la rémunération vient ensuite (84%), puis le manque de reconnaissance des qualifications (76%).

La souffrance au travail est une réalité que connaissent les précaires: 68% des avs-evs et 74% des aed ont des connaissances qui sont dans une situation de souffrance, aussi préoccupant, 55% des répondants avs-evs et 56% des aed admettent être dans une situation de souffrance.

Les résultats de l'enqûete offraient encore d'autres possibilités de lecture mais il fallait aussi faire une séléction, donc un choix, parmi la masse des réponses.

Ponpon
Admin

Messages : 153
Date d'inscription : 06/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Premières synthèses des résultats de l'enquête par profil

Message par Ponpon le Jeu 17 Mai - 15:55

Il ne manque que mes beaux dessins

Ponpon
Admin

Messages : 153
Date d'inscription : 06/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Premières synthèses des résultats de l'enquête par profil

Message par NicoM le Mar 22 Mai - 20:23

Avez-vs eu des pb à mettre votre premières synthèses pré-analyse sur le site avec le modèle d'Elise ? Publiées dans une mauvaise rubrique ? (dans ce cas faire signe afin qu'elle soit remise là où prévues) A +

NicoM

Messages : 120
Date d'inscription : 10/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Premières synthèses des résultats de l'enquête par profil

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 5:27


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum