Chatel veut trouver des profs remplaçants avec Pôle emploi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chatel veut trouver des profs remplaçants avec Pôle emploi

Message par La Grosse Bertha le Lun 4 Avr - 8:39

Encore un volet relatif à la titularisation dans la fonction publique ?

à lire dans le Figaro(mon journal favori) :
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2011/04/03/01016-20110403ARTFIG00251-recruter-des-remplacants-avec-pole-emploi.php :

extraits :


Les parents se plaignent que les enseignants absents ne
soient pas remplacés. Certains parents et proviseurs passent même des
petites annonces pour recruter eux-mêmes des contractuels. Trouvez-vous
ça normal ?


Je tiens d'abord à rappeler que dans
l'Éducation nationale, nous ne comptons que 4% d'absences sur une année.
L'absentéisme n'y est pas plus développé qu'ailleurs.
(... ok donc le problème est bien structurel, à savoir relatif au recrutement)

Et 96,2% de ces
absences sont remplacées. (pas dans mes bahuts en tout cas ... surement donc dans ceux des collègues ) Le remplacement s'améliore. Le taux de
mobilisation des professeurs titulaires sur zone de remplacement est
passé de 76,53% en octobre 2009 à 85,76% en février 2011. La situation
dont vous parlez est d'ailleurs très marginale.

(rappel : lors des manifs sur les retraites, certains havrais ont pu croiser un proviseur à la recherche d'un remplaçant en langue)

Mais notre système du
remplacement doit s'améliorer en étant plus souple et plus réactif (donc précarisation des titulaires et recours massif aux précaires). Il
faut donc faire appel à des contractuels lorsque nos titulaires
remplaçants ne sont pas disponibles (-50% de TZR en 5ans, sc'est sur que les TZR seront moins disponnibles...). Naturellement, ce n'est pas le rôle
des parents de passer des annonces de recrutement. En revanche, j'ai
demandé aux proviseurs qu'ils le fassent et qu'ils se mettent en contact
avec Pôle emploi. Ce n'est pas en recrutant davantage de titulaires
remplaçants que ça marchera mieux. Les vacataires, étudiants ou ­jeunes
retraités, peuvent très bien remplir ce rôle. Le système, trop rigide, a
montré sa faillite dans le passé. Il faut donc l'assouplir.


L'enseignement catholique affirme qu'il va être obligé de
fermer des classes en raison des suppressions de postes.Les enseignants
du public estiment également ne plus pouvoir remplir leur mission. Que
leur répondez-vous ?


L'enseignement privé contribue à
l'effort de réduction de l'emploi public, mais il a des spécificités: il
n'y a ni enseignant en surnombre, ni titulaire remplaçant. Nous en
avons donc tenu compte pour notre calcul de retrait d'emploi et au
total, si l'enseignement privé représente 20% des élèves aujourd'hui, il
rendra environ 10% des postes cette année. Plus globalement, j'estime
que la qualité de notre enseignement est toujours très bonne. Nous avons
35.000 postes d'enseignants de plus qu'il y a quinze ans alors que nous
avons 500.000 élèves de moins. Nous restons l'un des pays de l'OCDE qui
investit le plus dans l'éducation.


Soutenez-vous l'évaluation par compétences dénigrée par
certains parents et enseignants qui craignent, par contagion, la
disparition des notes ?

Je suis opposé à la disparition
des notes. Mais depuis la loi Fillon sur l'éducation votée en 2005,
l'évaluation par compétences est promue. Je parle en tant que parent
d'élève. Cette évaluation par compétence est complémentaire de la note.
Elle permet d'avoir des détails sur les acquis de son enfant. C'est une
avancée sur un plan pédagogique.


rappel : (70 %?) du socle commun de compétence doit être validé pour le brevet . Pour les 3e de cette année il va être validée à la volée alors que leurs "compétences n'ont pas été validées les années précédentes...

Du fait que la validation du socle soit obligatoire, comme pour le B2I ou le niveau de langue A2, le tout n'a aucune cohérence puisque validés automatiquement pour les collègues pour tous....


Et on finit par une petite petite analyse éduconométrique :
Quels sont les résultats des dernières évaluations en classe de CM2 ?
(...) les derniers résultats portant sur l'examen de CM2 datant de janvier
montrent un léger frémissement en mathématiques. 38% des enfants ont des
acquis «très solides» dans cette matière, contre 35% l'an dernier. Et
ils ne sont plus que 7% à avoir des acquis «très fragiles» contre 10%
l'année dernière. Les académies de Lille, la Réunion ou Créteil, plutôt
en dessous de la moyenne nationale il y a un an, ont chacune progressé
de plus de deux points.


Chätel, le valons-nous vraiment bien ?




La Grosse Bertha
Admin

Messages : 309
Date d'inscription : 14/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum